Roxy, le marché de faux médicaments démantelé

995
40 tonnes de faux médicaments saisies à Roxy

Environ 700 policiers, gendarmes et militaires ont opéré une descente à Roxy (Adjamé-forum) ce 3 Mai 2017. Une action qui a permis de démanteler le plus célèbre marché de faux médicaments d’Abidjan voir de la Côte d’Ivoire.

Après le passage des hommes en uniforme et des agents des services sanitaires qui les accompagnaient, la tristesse et la colère se lisaient sur le visage des vendeuses de Roxy. Celles-ci affirmaient lors de notre dernier passage en ces lieux que leur activité ne pouvait prendre fin en raison du soutien de haut-placés dans l’administration publique. Visiblement ces prétendus soutiens ont décidé de lâcher les pharmaciennes du bitume !

40 tonnes de médicaments illicites ont été saisies sous le regard impuissant des vendeuses et de leurs protecteurs du marché (loubards) qui ce jour ont préféré faire profil bas. Cette saisie de 40 tonnes de faux médicaments vient s’ajouter aux 50 tonnes déjà incinérées par les autorités ivoiriennes le 10 mars dernier. La valeur marchande de la première saisie était estimée à plus d’un million d’euros !

C’est donc en deux mois une perte sèche pour la filière du faux médicament qui pourrait avoisiner le milliard de f CFA ; preuve que ce secteur représente une véritable industrie criminelle. D’ailleurs en ce qui concerne le financement et la rentabilité des faux médicaments, l’IRACM (Institut de recherche contre les médicaments contrefaits) indique que pour 1.000 $ US investis, le trafic d’héroïne rapporte environ 20.000 $ US tandis que la même somme investie dans le trafic de faux médicaments peut rapporter entre 200.000 et 450.000 $ US, soit 20 à 45 fois plus rentable que le trafic de drogue !

« C’est une grande victoire du ministère de la Santé » a souligné Raymonde Coffie-Goudou, le ministre de la santé lors d’un point de presse qu’elle a animé ce jeudi (4 Mai NDLR). Mais cette victoire risque d’être une simple bataille remportée si dans les mois avenir les gros bonnets du trafic de faux médicaments ne sont pas mis aux arrêts. En effet, en détruisant Roxy, le gouvernement ivoirien touche à la partie visible de l’iceberg : il faut aller plus loin pour sortir la racine du mal profondément ancrée.

La lutte contre les faux médicaments ne doit pas s’arrêter en si bon chemin car il y va de la survie du secteur pharmaceutique légal. Celui-ci enregistre chaque année une perte de 40 à 50 milliards de francs CFA dont plus de 5 milliards destinés à l’Etat en raison de l’existence du marché parallèle des médicaments.

Est-ce la fin du règne du plus célèbre marché de médicament de rue d’Abidjan ? Seul l’avenir nous le dira… Mais dans l’immédiat, c’est désormais au passé que l’on conjugue Roxy, cet épicentre du trafic illicite des médicaments à Abidjan et même dans toute la Côte d’Ivoire. Conscients des dangers que représentent les faux médicaments sur la santé des populations et l’économie nationale, les autorités ivoiriennes ont promis de mettre fin à la vente des faux médicaments. Raymonde Coffie-Goudou, le ministre de la santé rassure donc les populations en indiquant qu’une action pérenne sera menée contre les têtes pensantes de ce négoce malsain.

SUY Kahofi

Commentaites

comments