L’information ivoirienne au jour le jour

Samuel Sevy grand vainqueur du concours Falling Walls Lab

0

Encourager et booster l’entrepreneuriat est l’objectif de la Fondation Friedrich Naumann à travers son concours Falling Walls Lab. La première édition à Abidjan a eu lieu ce 29 juin à la Confédération générale des entreprises de Cote d’Ivoire (CGECI) dans la commune du plateau.

« En trouvant la solution pour mon grand-père c’est aussi trouver la solution pour tous les planteurs d’hévéa de Côte d’ivoire, d’Asie mais aussi de l’Amérique » a déclaré Samuel Sevy, qui a remporté la première place après les différentes présentations de projet. Ce jeune entrepreneur a mis en place un parapluie qui permettra de protéger la production de latex des intempéries.

« Il se trouve que quand il pleut l’eau qui ruisselle sur le tronc des arbres d’hévéa se mélange au latex contenu dans les récipients ce qui cause d’énorme pertes au niveau de la production » indique Samuel Sevy.

Le jeune entrepreneur alors étudiant en 2011 de son passage chez son grand-père (cultivateur d’hévéa) a été témoin du désarroi de ce dernier. Il a donc voulu « créer un dispositif assez simple qu’on installait sur le tronc de l’arbre et qui allait être une sorte de parapluie ». En Côte d’Ivoire, 430.000 hectares de terre sont dédiés à la culture de l’hévéa. On estime à 35% le niveau des pertes liées à la pluie par les 200.000 planteurs qui vivent de l’hévéaculture.

En tant que vainqueur à Abidjan, Samuel Sevy ira défendre son idée les 8 et 9 Novembre prochain en Allemagne mais surtout représenter la Côte d’Ivoire.

Le Falling Walls Lab ou la chute du mur est une compétition d’idée ouverte à toutes les personnes porteuses d’idées innovantes pour le changement. Il permet par des propositions de trouver des solutions à certaines difficultés auxquelles l’on fait face tout en développant l’esprit d’initiative. Selon Inge Herbert, directrice Afrique de l’ouest de la fondation Friedrich Nauman pour la liberté, à l’image du mur de Berlin qui a séparé l’Allemagne pendant un moment, le Falling Wall Lab Abidjan veut faire tomber « le mur de la peur d’entreprendre ».

Pour elle le meilleur moyen de développement c’est de soutenir l’initiative privée et cela inclus l’entrepreneuriat « avec une compétition comme le Falling Walls Lab ». Inge Herbert soutient que seul l’entrepreneuriat et l’investissement privée pourront créer des emplois en Afrique et ouvrir des perspectives.

« Ce qu’il faut faire en Afrique c’est améliorer le climat d’affaire, encourager des projets ce qui va créer des emplois et ouvrir des perspectives » souligne la directrice Afrique de l’ouest de la fondation Friedrich Nauman pour la liberté.

Concernant le lauréat ivoirien, elle précise que même s’il n’y a pas d’argent à gagner, il pourra bénéficier d’un réseau d’entrepreneur, d’une visibilité qui pourrait plus tard engendrer de l’argent.

Quant à Yves Kouamé secrétaire général de la Haute autorité pour la bonne gouvernance (HABG), après avoir partagé son expérience d’entrepreneurs, il a exhorté la jeunesse à aller au-delà de sa peur.

« Je compte sur vous la jeunesse, n’ayez pas peur d’entreprendre. L’échec aussi est une réussite. Nous avons tous en Afrique. Réveillez-vous ».

C’est au total 16 projets qui ont été enregistré pour cette première édition. Chacun des projets a été présenté en anglais en 3 minutes chrono et ont été noté sur des critères comme la portée de l’idée, sa pertinence, son impact ou sa performance.

Raïssa Yao

Commentaites

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.